?>

Portraits

Photographe

Laurent Charpentier

Sport, esthétique et bricolage
  • Publié le : 14/11/2008 - 14:50
laurent charpentier Laurent Charpentier. Aime la photo argentique, pour le rapport qu'elle crée aux choses. Aime la lumière et l'émotion qu'elle fait naître. Photo © L.C Laurent Charpentier

Cet autoportrait est réalisé avec un appareil à ressort (un Robot Star Classic, construit récemment, mais conçu en 1934), sur un film périmé (Polapan, pellicule dont la fabrication est stoppée depuis belle lurette), développé dans ma salle de bains. Voilà qui donne une petite idée du personnage... J'aime la photographie argentique, parce qu'elle permet un rapport concret à la réalité. Les appareils utilisant des films ont des mécaniques admirables et sensuelles. En les tenant à la main, je pense aux hommes qui les ont conçus et fabriqués. Les images qu'ils donnent sont palpables, concrètes. Elles existent. On peut les manipuler, laisser des traces de doigts, rayer les négatifs par inadvertance, les classer, encadrer les tirages, les perdre, les retrouver, les colorer au pinceau, les découper... Bref, ces photos sont des objets, des représentations physiques du monde et des êtres qui le peuplent. Ces propos ne sont pas nostalgiques, je ne parle que d'un rapport aux choses.

Si la photo est une recherche émotive et artistique, c'est aussi une activité pratique, terre-à-terre, même en mer ! Le photographe doit protéger son matériel des coups de roulis, tenir en équilibre sur le pont supérieur d'une vedette, diriger son pilote pour le meilleur angle et le minimum d'embruns. En ville, pour un portrait, il trimballe ses valises de flashes dans le métro, se prend les pieds dans les fils électriques, bricole une lampe pour un effet de halo, colle des gélatines colorées ici, masque une fenêtre là et même démonte une porte pour gagner un peu de recul. J'aime le côté sportif et artisan de ce métier. La photo, c'est esthétique et pas intello. Au moins au moment de la prise de vue, qu'elle soit faite en argentique ou en numérique. Car, comme tout le monde, je fais aussi des images digitales. Le procédé est formidable, moins dispendieux, plus simple, plus écologique que son ancêtre. Il donne, dans les basses lumières, des résultats meilleurs que ceux obtenus avec un film. Les images sont instantanées et c'est bien pratique. L'appareil photo numérique est un outil indispensable. Mais, rien de plus. Les images qu'il produit sont trop virtuelles pour cristalliser l'émotion et le souvenir. Elles sont trop abstraites pour prolonger de manière tactile l'intensité d'une rencontre.

1984. Brevet d'officier de la Marine marchande
1987-1993. Action humanitaire
1994. Photographe et rédacteur pour Voiles &Voiliers.
2005. Lancement du trimestriel Carré Voiles avec Antoine Sézérat et Éric Vibart.
2008. Rédacteur en chef adjoint de Voiles & Voiliers.

Boîtiers.
Leaf Afi 6 (moyen format à dos numérique 28 M pixels et dos argentique 6x4,5), Nikon D3, Nikon F6, Nikonos V.

Objectifs.
Pour Leaf Afi 6 :
Schneider-Kreuznach Xenotar 80 mm HFT PQS 1:2,8
Schneider-Kreuznach Super Angulon 50 mm HFT PQS 1:2,8
Schneider-Kreuznach Tele-Xenar 180 mm HFT PQ 1:2,8

Pour Nikon D3 et F6 :
AF-S Nikkor 80-200 mm 1:2,8 D
AF-S Nikkor 28-70 mm 1:2,8 D
AF-S Nikkor 14-24 mm 1:2,8 G ED
Zeiss Makro Planar T* 2/100 ZF

Pour Nikonos V :
Nikkor 35 mm 1:2,8
LW-Nikkor 28 mm 1:2,8

Accessoires
Cartes CompactFlash Sandisk Extreme IV 4.0, 8.0 et 16 GB
Flashes Nikon Speedlight SB 800 et SB 600
Télécommande flashes Nikon Speedlight Commander SU-800
Flashes de studio Lumedyne (quatre têtes, deux générateurs, avec pieds, parapluies et boîte à lumière)
Flashmètre/posemètre Gossen Digipro F
Trépied Gitzo G 1329 avec tête Manfrotto 405
Valises Pélican
Sacs Domke, Lowepro et Tamrac
Apple Macbook pro 15'
Scanners Nikon Coolscan 5000 et Imacon Flextight 848


Laurent Charpentier

E-mail : charpentier@voilesetvoiliers.com