Actualité à la Hune

Les Sables-Horta

Jean-Christophe Caso : «Chacun y trouve son compte»

Ce dimanche, à 13 heures 02, la flotte des 19 Class40 de la 6e édition des Sables-Horta s’élancera pour la première des deux étapes de la course, un morceau de 1 270 milles entre la Vendée et les Açores.
  • Publié le : 01/07/2017 - 15:30

Jean-Christophe CasoJean-Christophe Caso, coach du bateau Japonais et équipier de Jean Galfione sur Serenis Consulting sur l’étape 1 de la 6e édition des Sables – Horta, participe pour la 4e fois à l’épreuve.Photo @ Christophe Favreau/Les Sables - Les Açores 2017
 Au départ, toutes les pointures de la classe, à commencer par la paire Pablo Santurde/Gonzalo Botin (Tales II) et Phil Sharp (Imerys) qui sera associé, pour l’occasion, à deux figaristes de talent (Corentin Douguet pour la première manche et Adrien Hardy pour la seconde). Ces derniers se sont partagé une large partie des victoires sur le circuit des 40 pieds ces deux dernières saisons, reste qu’ils vont devoir se méfier du duo Aymeric Chappellier/Arthur Le Vaillant (AINA Enfance et Avenir) dont le Mach40.3 mis à l’eau il y a tout juste dix jours n’est certes pas encore fiabilisé mais en a assurément sous le capot. Autres concurrents à surveiller de près : les tandems Catherine Pourre/Benoît Hochart (Eärendil), Alexander Krause/Antoine Carpentier (Stella Nova) ou encore Jean Galfione (Serenis Consulting) qui régatera tour à tour avec Nicolas Troussel et Jean-Christophe Caso. Ce dernier est sans conteste celui qui connaît le mieux l’épreuve puisqu’il l’a déjà disputée à trois reprises. Il est également l’un de ceux qui connaissent le mieux la classe pour en être l’un des animateurs depuis le début, et le plateau puisqu’il est également coach du bateau japonais Kiho. A deux jours du départ, il nous livre son regard sur la course et sur la Class40.


Voilesetvoiliers.com : Quels sont les attraits d’une course telle que Les Sables-Horta ?
Jean-Christophe Caso :
Pour commencer, c’est une course océanique car si on ne traverse pas l’Atlantique, on va quasiment au milieu avant de revenir, ce qui laisse le temps d’analyser et de faire les choses. Elle se court en deux étapes, au temps, ce qui laisse l’opportunité de se rattraper ou, à l’inverse, le risque de se planter. Ainsi, rien n’est jamais figé jusqu’à la fin. L’autre avantage qu’elle présente, c’est le fait que l’on puisse changer d’équipier entre les deux manches. C’est quelque chose d’intéressant car cela permet d’apprendre techniquement et humainement avec des personnes différentes. C’est clairement une belle course, mais c’est aussi un super entraînement pour les transats de fin d’année, type Transat Jacques Vabre ou Route du Rhum. En plus, en termes de timing, en partant début juillet, elle offre généralement des conditions estivales – cela va d’ailleurs se vérifier cette année avec un départ en douceur –, ce qui enlève un peu de stress et permet aux bonshommes de se tester eux et leurs bateaux dans de bonnes conditions, face à un plateau conséquent.

Ponton Vendée Globe de Port OlonaLes 19 Class40 de la 6e édition des Sables - Horta au ponton Vendée Globe de Port Olona.Photo @ Christophe Favreau/Les Sables - Les Açores 2017
Voilesetvoiliers.com : Dix-neuf duos sont engagés, c’est effectivement un joli score, surtout avec une dernière édition perturbée, en 2015, sauvée de justesse grâce à l’association Les Sables-d’Olonne Vendée Course au Large…
J.-C. C. : C’est clairement un beau plateau, avec une très grosse partie des derniers-nés de la classe mais aussi six bateaux «Vintage» (depuis novembre 2011 un classement Vintage distingue les Class40 de performance validée «ancienne génération»). Quatre paramètres sont pris en compte : la génération de la carène (architecte et année de mise en chantier), le type de construction (monolithique, composite mousse, type de résine, le poids et la stabilité). Du coup, il va y avoir du match dans le match et tout le monde va y trouver son compte. L’avantage d’avoir près de vingt bateaux, c’est que ça navigue en pelotons. Ainsi, chacun arrive à batailler dans un groupe, même si ce n’est pas toujours le groupe espéré. Dans tous les cas, c’est intéressant pour la régate.

Voilesetvoiliers.com : Vous faites partie de la Class40 depuis ses débuts, en 2006. Comment la voyez-vous évoluer ?
J.-C. C. :
Elle s’est transformée entre le début et maintenant, ce qui est tout à fait logique, tout en gardant plus ou moins le même état d’esprit. Après, forcément, comme la classe évolue, les bateaux le font aussi mais on s’aperçoit que les premiers 40 pieds continuent à courir, ce qui est bien pour ne pas trop niveler la classe vers le haut, même si, évidemment, il y aura toujours des mecs qui auront le budget pour construire de nouvelles machines. Des montures qui seront logiquement plus performantes que celles d’avant. Cela étant dit, on le voit avec Phil Sharp, un bateau de 3e génération arrive à gagner des courses face à des bateaux de 4e et dernière génération. D’autres s’en sortent également très bien. C’est la preuve que la jauge n’est pas si mal faite que ça. L’autre chose, c’est que les nouveaux 40 pieds sont typés pour des allures spécifiques or, sur l’ensemble des courses de la saison, on a affaire à peu près à toutes les conditions. Dès lors, n’importe quel bateau peut tirer son épingle du jeu à partir du moment où il est bien mené.

Phil Sharp - Corentin DouguetLe duo Phil Sharp - Corentin Douguet (Imerys), l'un des grands favoris de la course, en pleines retouches peintures sur sa grand-voile.Photo @ Christophe Favreau/Les Sables - Les Açores 2017
Voilesetvoiliers.com : On le voit parmi les inscrits à cette Les Sables-Horta, les amateurs restent majoritaires au sein de la classe. On imagine que c’est un point important ?
J.-C. C. :
C’est essentiel qu’il y ait toujours autant de coureurs non professionnels au sein de la classe, car c’est le nombre qui fait la force. A partir du moment où des pros et des amateurs viennent régater ensemble, cela implique un certain nombre de participants et assure une belle course. Pour l’instant, ça fonctionne plutôt bien. Chacun s’y retrouve, comme je l’ai dit tout à l’heure. Je me répète, mais nous sommes super contents de voir des non-pros et des mecs de très haut niveau courir en Class40. Tous sont séduits parce que c’est abordable, mais aussi parce que le programme est à la fois bien établi et cohérent.

Voilesetvoiliers.com : Est-ce cela aussi qui fait que la classe s’internationalise autant ?
J.-C. C. :
Sans aucun doute. Sur cette Les Sables-Horta, pas moins de huit nations sont représentées et chez les Français, on a des gars qui viennent de Guadeloupe et de Saint-Pierre-et-Miquelon, ce qui n’est pas la porte à côté. C’est super parce que la Class40 n’est pas une classe franco-française. Elle intéresse les étrangers de par sa convivialité, ses budgets raisonnables et ses formats de course. Eux nous apportent leur dynamisme et une autre vision de la voile. C’est sympa et ça tire la classe vers le haut. Au Japon, par exemple (Jean-Christophe Caso coache Hiroshi Kitada et ses acolytes, ndlr), il n’existe pas de course en double ou en solo. Eux font clairement la démarche de venir sur notre circuit en Europe parce qu’ils savent que c’est là que ça se passe. C’est positif et encourageant.

Jean-Christophe CasoJean-Christophe Caso, coache les Japonais Hiroshi Kitada et Shota Shiga.Photo @ Christophe Favreau/Les Sables - Les Açores 2017


Le programme

Samedi 1er juillet
11h : Présentation des skippers
18h : Briefing départ et météo

Dimanche 2 juillet
13h02 : Signal de départ pour Horta

Jeudi 13 juillet
18 h : Briefing départ

Vendredi 14 juillet
13h02 : Signal de départ pour les Sables-d’Olonne

Samedi 22 juillet
18h : Remise des prix

Les inscrits

38 FUJI Ari KANSAKOSKI - Jan PAUKKUNEN
42 Montres Michel Herbelin François LASSORT - Christophe SOUCHAUD

43 Palanad II Antoine MAGRE - Olivier MAGRE - Jean-Philippe SALIOU
50 Simple Vé Bertrand LEMEE - Philippe MAGLIULO
61 Transports Hesnault – Cabinet Z Cédric DE KERVENOAEL - Robin MARAIS - Rémi BEAUVAIS
65 YODA Franz BOUVET - Thomas GUICHARD
73 SPM – Gwada Stéphane BRY - Rodolphe SEPHO
81 Esprit Scout Marc DUBOS - Jean-Luc SCHOCH – Mathieu TANTOT
101 Colombre XL Massimo JURIS - Pietro LUCIANI
123 Tales II Pablo SANTURDE DEL ARCO - Gonzalo BOTIN
124 Obportus IV Olivier ROUSSEY - Philippe BURGER
125 Serenis Consulting Jean GALFIONE - Jean-Christophe CASO - Nicolas TROUSSEL
130 Imerys Phil SHARP - Corentin DOUGUET - Adrien HARDY
134 Stella Nova Alexander KRAUSE - Antoine CARPENTIER - Burkhard KEESE
139 Oman Sail Sidney GAVIGNET - Fahad AL HASNI
145 Eärendil Catherine POURRE - Benoît HOCHART
146 KIHO Hiroshi KITADA - Shota SHIGA - Kazuhiro NISHIMURA
147 Campagne de France Halvard MABIRE - Miranda MERRON
151 AINA Enfance et Avenir Aymeric CHAPPELLIER - Arthur LEVAILLANT

Le Parcours

Etape 1 : 1 270 milles entre Les Sables-d’Olonne et Horta
Etape 2 : 1 270 milles entre Horta et les Sables-d’Olonne

Soit un total de 2 540 milles

Vainqueurs de la dernière édition (2015) : Le Conservateur Yannick BESTAVEN – Pierre BRASSEUR en 24 jours 08 heures 10 minutes et 09 secondes (Etape 1 : premiers en 7 j 01h 52 min 01 sec – Etape 2 : premiers en 4 j 17 h 38 min 30 sec)